Montessori aujourd’hui

Au delà du succès commercial dont fait aujourd’hui l’objet « le matériel Montessori », se trouve une réelle proposition éducative; dessinant un modèle de société prenant racine au coeur d’une éducation à la Paix.

En effet, on ne peut pas parler de Maria Montessori sans aborder la question de la Paix et du rôle essentiel que doit y jouer selon elle l’éducation de nos enfants. Dans ses ouvrages, Maria Montessori exprime une véritable philosophie en envisageant l’éducation comme une aide à la vie. Et selon elle, seule l’éducation des enfants, citoyens de demain, peut permettre à l’homme d’établir durablement la Paix et faire cesser les guerres (elle vivra les deux guerres mondiales, ce qui explique sa profonde implication dans la recherche de la Paix).

Aussi, lorsqu’on s’intéresse à la proposition de Maria Montessori, on comprend très vite que son but n’a jamais été de focaliser sur les savoirs et les connaissances académiques de l’enfant. Ce qui importait à la pédagogue était la formation de l’homme. Comment permettre à l’enfant de se construire en tant qu’individu indépendant, libre de faire des choix raisonnés pour lui et pour sa société, et heureux de participer à la construction du monde auquel il appartient.

Aussi, pour Maria Montessori, l’éducation doit être envisagée comme l’ensemble des « aides données à la personne humaine pour conquérir son indépendance. »

L’adage de Montaigne « une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine », est donc ici tout approprié.

child-3089903_1920

Aussi, l’adulte doit travailler en profondeur sa posture et ses propositions. Et ce afin de permettre à l’enfant de nourrir ses intérêts et de répondre à ses besoins naturels de développement.

Il ne s’agit pas, via les activités proposées, de répondre à un cahier des charges de compétences à acquérir, de connaissances à engranger, séance après séance, point par point, objectif après objectif… En effet, lorsqu’on s’intéresse à l’enfant, à son mode d’être au monde, à sa façon d’incarner celui-ci, alors il parait indispensable de quitter nos logiques modernes de performances et d’efficacité.

La philosophie Montessori nous pousse d’abord, nous adulte, à prendre le temps de nous arrêter et de nous adapter au rythme de l’enfant, de nous élever à son niveau. Nous élever oui, car l’enfant est celui qui peut encore, là où nous ne le pouvons plus; prendre le temps d’être dans « l’ici et le maintenant ». Il est cet être qui jouit pleinement de ce que l’humain a de plus cher au monde : le moment présent. Car en effet, c’est bien tout ce que nous avons : le présent. Le passé n’étant plus et le futur n’étant pas encore.
L’enfant dans son mode d’être est tout à l’instant présent, il colle ainsi au monde, et fait chair avec lui d’une façon qu’il ne nous est plus possible de connaître en tant qu’adultes.

Percevoir cette richesse si précieuse que l’enfant porte en lui, c’est s’engager sur un mode d’éducation qui remet en cause nos préjugés éducatifs, mais qui ouvre également la porte à une fabuleuse relation à l’enfant.

Aussi, si c’est le développement du potentiel humain qui doit être le but de l’éducation, il parait essentiel pour l’adulte de connaître les lois naturelles qui sous-tendent le développement de l’enfant. Mais également de prendre le temps d’observer l’enfant. Car c’est aussi et surtout nos observations qui nous permettront de nous élever à son niveau, et de l’aider à cheminer vers son indépendance.

L’enfant est orienté par ses besoins et guidé par les lois naturelles de son développement. Comprendre qu’il apprend par sa propre activité, en puisant la culture dans son environnement, et non en la recevant de l’adulte. Voilà le premier pas vers l’enfant que nous propose de faire Maria Montessori.